Chargement...

Rhône-Alpes (07-26-38)

Commémoration 1er RCP Base de Chabeuil


Le 1er régiment de chasseurs parachutistes (ou 1er RCP) est reconnu comme le plus ancien des régiments parachutistes français[1]. Il est constitué en 1943 au Maroc. Il se distingue lors des campagnes de libération de la France, d'Indochine et d'Algérie. Il est basé à Pamiers (Ariège) depuis 1999.

Ce régiment d'élite appartient actuellement à la 11e brigade parachutiste.

Étant l'un des héritiers d'unités parachutistes de l'Armée de l'air, le 1er RCP est le seul régiment parachutiste de l'Armée de terre à conserver les traces de son origine dans l'Armée de l'air ainsi qu'en témoignent les « charognards », symbolisant des éperviers, placés sur les fourreaux d'épaule des uniformes. De même l'insigne de ce régiment provient directement de celui du 601e GIA, Groupement d'infanterie de l'Air, avec une étoile de couleur bleu.

Depuis le 31 janvier 2015, Jebsheim (Haut-Rhin) est la ville marraine du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes.

Le président de la section ANT-TRN Rhône-Alpes avec son Porte-Drapeau et quelques adhérents se sont rendus dernièrement à la commémoration sur la base de Chabeuil de l’arrivée du 1er RCP le 3 septembre 1944

 

Libération de Valence


Août 1944: Une jeune fille raconte la Libération de VALENCE (Drôme)

Il s’agit d’une lettre de 16 pages dans laquelle une jeune fille de 16-18 ans raconte les difficiles moments ayant précédé la Libération de la moyenne Vallée du Rhône à partir du 15 août 1944. En effet, les Allemands refluaient du Midi de la France depuis ce 15 août, date du débarquement de Provence. A des unités presque débandées s’ajoutait une Panzer-Division composée de combattants aguerris et dotée de matériel important. Les Américains décidèrent d’essayer de couper la route à ces troupes dans la région de Montélimar, où la vallée du Rhône est la plus étroite entre colline et fleuve,  en remontant rapidement par la route Napoléon puis en obliquant vers l’Ouest par la vallée de la Drôme. Les combats de la bataille de Montélimar (the Battle of Montélimar) furent violents et meurtrier mais la Panzer-Division réussit à passer. Plus au nord, Valence reçut quelques éclaboussures à partir du 15 août, meurtrières-surtout pour la population civile. C’est ce que raconte cette jeune fille. Je reproduis les 16 pages de sa lettre car tout y est intéressant.

Valence le 9/9/44

 

J’ai attendu pour t’écrire d’être rentrée dans ma chère ville de Valence libérée depuis le 31 août à 5h. du matin. Quand nous avons appris la Libération de Valence faite presque sans combat nous ne pouvions croire à un tel bonheur. Les maquisards nous avaient dit quelques jours auparavant que la prise de Valence serait dure car il y avait deux Etat- Major boches qui ne voulaient absolument pas se rendre et avaient ordonné à leurs troupes une résistance acharnée. Heureusement il n’en a rien été de tout cela ce qui a sauvé la ville. Ce sont les durs combats qui se sont déroulés dans le sud de la Drôme. Les Boches ont tenté un effort désespéré et se sont fait massacrer par milliers. Les Américains eux-mêmes ont subi  de très lourdes pertes , il paraît que même en Italie, ils n’avaient pas livré de si durs combats. Ils ont filmé la bataille de Marsanne pour l’envoyer en Amérique. Entre Montélimar et Livron, la route était jonchée de cadavres. Dans un champ près de Livron, les cadavres boches étaient empilés sur un mètre de haut. A un endroit, il y avait 78 pièces qui tiraient à la fois. Tu te représentes l’enfer que ça devait être. Les boches se voyant perdus se sont mis à fuir et les Valentinois avec la joie que tu devines, ont vu défiler pendant des jours et des nuits l’armée en déroute. Les Américains pour épargner la ville ne leur ont pas tiré dessus, se réservant de les battre plus loin. C’est ainsi que la ville a été épargnée. Quand l’armée allemande  a eu fini de défiler, les Américains accompagnés de FFI ont pénétré dans la ville et ont fait prisonnier les quelques boches qui s’y trouvaient encore . Pour cela, il a suffi de donner quelques coups de canons et tout est rentré dans l’ordre.
Lundi, il y a eu une grande fête à Valence. 4 000 FFI sous les ordres du lieutenant -colonel Legrand ont défilé au Champ de Mars sous les acclamations de la foule. Il y avait quelques jeunes filles parmi les FFI entre autre J. Delpeuch qui a eu un de ses frères fusillé et sa mère arrêtée pendant un certain temps. On a fait aussi défiler devant les Valentinois certaines personnes un peu trop bien avec messieurs les boches, la tête rasée ces dames avaient paraît-il fière allure. Je regrette bien de n’avoir pas pu assister à la cérémonie. Je suis malheureusement rentrée de la campagne que depuis hier matin. Depuis le 15 août, ça m’a fait trois semaines de vacances mais je m’en serais bien passé. j’espère bien ne plus en avoir de pareilles. D’autre part nous nous sommes fait un mauvais sang fou au sujet de Valence. Nous voyions la ville rasée et mon père et mes grands-parents tués et d’autre part, nous étions nous-mêmes loin d’être en sécurité. Ce que nous savions c’est que nous n’étions pas prisonniers comme à Valence, nous avions la possibilité de fuir les combats. D’ailleurs, je crois que si j’étais restée à Valence après la frayeur que j’ai eu le 15 août, je serais devenue folle. Je n’aurais pas pu supporter d’entendre sonner la sirène. Valence a été bombardée le 18 août pour couper le pont qui avait été manqué le jour du 15 août. Ce sont les dernières arches près de Granges qui ont été démolies mais il est tombé des bombes sur les deux rives. Le moulin qui se trouvait sur le quai du Rhône a été complètement détruit et il est tombé beaucoup de bombes au parc. La partie située près du Rhône est méconnaissable, il y avait des entonnoirs où des maisons entières auraient pu être englouties car c’étaient des bombes de 3 000kg.  Les Bourne ont passé près car il y a eu deux maisons de démoli tout près de chez eux.

On m’a appris aussi la mort de G. Veillet et de son père survenue lors du bombardement de mon quartier le 15 août. Le père de M. Lévy a été tué aussi. Il peut y avoir aussi d’autres personnes que nous connaissons car je n’ai malheureusement pas pu voir la liste des victimes. Le bombardement le plus meurtrier, celui du 15 août, a fait plus de 500 morts et on a retiré 500 corps des décombres. Mais il y a beaucoup de gens que l’on n’a pas retrouvé. Quand je t’ai écrit, je n’avais pas encore beaucoup de précision sur les dégâts car j’ai quitté Valence le plus rapidement possible (l’alerte n’était pas encore terminée) mais ce qu’on m’avait dit n’était malheureusement pas exagéré. Entre Autun  et la Mairie, des rues entières sont démolies, la préfecture a brûlé entièrement, une grande partie de l’hôpital a été détruite, la salle des fêtes n’a pas été touchée mais c’est comme pour la mairie, presque un miracle car les maisons voisines n’existent plus. De la fenêtre de notre petite salle à manger, nous avons une vue générale sur les ruines qui ne sont malheureusement pas aussi belles que celles de l’Acropole. Les 3 maisons du bureau de tabac, du marchand de TSF et du matelassier qui ne sont pas à plus de 6 mètres de chez nous, tu te souviens comme la rue est étroite, ne sont plus qu’un amas de décombres. La rue Farnerie est détruite, la pension où allait Mme Anney n’existe plus, les deux demoiselles qui la tenaient, leur bonne et 2 ou 3 pensionnaires ont été tués. Comme tu le vois, Valence qui avait été épargnée pendant longtemps a fini par payer un tribut à la guerre, un lourd tribut car je ne t’ai pas encore tout raconté. Le bouquet, ça était l’explosion du 29 août. Ces messieurs les boches se voyant perdu ont conçu le charitable projet  de détruire les Valentinois avant de les quitter sans doute pour les remercier de leur hospitalité. Pour cela, ils n’ont rien trouvé de mieux que de faire sauter leurs explosifs qui se trouvaient dans un train qui s’étendait depuis le pont de la Cécile jusqu’à la Palla, non loin de chez mes grands-parents. Il paraît que les explosifs auxquels ils ont mis le feu étaient de la nitro-glycérine, le plus fort explosif qui existe, pire que la dynamite. Aussi tu te rends compte de l’effet produit. Des quartiers entiers situés près de la voie ferré ont été détruits. On se perd au milieu des décombres. On ne peut plus reconnaître les rues. Par miracle, il n’y a eu qu’une quarantaine de morts et environ 200 blessés. On peut dire que c’est providentiel, étant donné l’étendue des dégâts.

Beaucoup de gens ont vu tomber leurs cloisons même leur toit et n’ont pas été blessé. J. Charrier m’a dit que sa maison était inhabitable, elle a passé à travers son plafond, tu te rends compte de la frayeur qu’elle a dû avoir. H. Nougier avait été blessée mais légèrement, je l’ai rencontrée hier dans la rue. Mes grands-parents ont passé près, ils ont eu leur toit abîmé, plusieurs portes et volets arrachés, il y a une cloison qui est tombée sur le lit de ma grand-mère. C’était à 1h. de l’après-midi que l’explosion a eu lieu et ma grand-mère a l’habitude de se reposer sur son lit après son déjeuner. Heureusement qu’elle ne s’y trouvait pas à ce moment-là. Quant à mon grand-père, il était dans son jardin où l’on a trouvé de gros morceaux re rail et de gros blocs de pierre provenant de la maison voisine, une vieille masure pas solide qui s’est effondrée à moitié et où les gens n’ont rien eu. Inutile de dire que les trois quarts de la ville sont sans carreaux car l’explosion a eu des répercussions très loin. Chez les demoiselles Chatelain, il est tombé un morceau de cloison et pourtant elles habitent loin du lieu de la catastrophe. A la mairie, les fenêtres se sont ouvertes? Si les vitres ne se sont pas cassées, c’est qu’elles l’étaient déjà. Depuis mercredi, on nous a posé des vitres à une fenêtre par pièce, les autres fenêtres ont été bouchées avec des planches. Pour le moment, on se contente de fermer les volets, nous n’y verrons pas très clair. Cet hiver, il faudra allumer l’électricité de bonne heure mais nous n’avons pas le droit de nous plaindre. Si nous étions tentés de le faire, il n’y aurait qu’à aller faire un petit tour à la Cécile ou même dans notre quartier… les habitants de ces immeubles changeraient bien leur sort pour le nôtre. Et encore ce ne sont pas ces gens que je plains vraiment, ce sont ceux qui ont perdu des membres de leur famille. Quand on est en vie, même que l’on soit dans le dénuement le plus complet, on n’a pas le droit de se plaindre. Qu’est-ce tout cela en comparaison de tous ces jeunes qui ont été fusillés, ces victimes des bombardements morts à la veille de la Libération. Quand on pense à toutes ces victimes, la joie actuelle en est un peu assombrie.

Il y a surement une dizaine de jours, les boches ont brûlé deux maisons à La Baume-Cornillane et fusillé 10 jeunes. Ils étaient venus installer une pièce et se sont battus avec les maquisards? Nous entendions la mitrailleuse. Ils se sont avancés près de notre hameau. Il n’y avait plus qu’un ravin qui nous en séparait. Quand nous avons vu ça, maman et moi sommes parties dans le bois. Tous les gens réfugiés comme nous, qui n’avaient pas de ferme à garder en ont fait de même. Personne ne tenait à rester avec ces messieurs. Heureusement les Américains approchaient. A ce moment-là aussi ces messieurs n’ont pas osé s’approcher plus loin et ont regagné Valence précipitamment. Il était temps pour eux car le lendemain, nous étions avec les Américains. Ce jour-là, nous avons eu encore une émotion: les Boches cantonnés au plateau des Beaumes tiraient sur les batteries américaines installées dans un bois près de chez nous. Nous entendions siffler les obus. Je dois t’avouer que je me suis crue perdue pour le reste. Je n’étais pas la seule. Les gens n’en menaient pas large. Heureusement, les Américains n’ont pas riposté et ces messieurs voyant qu’ils travaillaient en pure perte ont cessé le feu. Si on s’était vraiment battu à Valence, nous aurions été obligés de fuir dans les montagnes car nous aurions reçu les obus boches. Depuis le 15 août jusqu’à la Libération, nous n’avons pas connu un moment de tranquillité. Les premiers jours de notre arrivée, le pays était infecté de DCA et comme il ne faisait que passer des bombardiers, elle tapait sans arrêt si bien qu’on n’osait pas sortir. Le dimanche après le 15 août, nous avons été terrifiés, nous sommes allées nous réfugier dans une cave car il a passé 66 bombardiers au-dessus de nos têtes et la DCA ne s’est pas arrêtée de taper pendant 20 minutes. Nous avions peur qu’elle finisse pas toucher quelque avion et qu’il nous déverse ses bombes dessus. Plusieurs personnes étaient montées sur une colline pour mieux voir, ils étaient persuadés qu’ils e craignaient rien car ils étaient à l’abri sous des arbres. Tu penses si ça protégeait contre les éclats de DCA et les avions n’allaient pas leur lâcher les bombes dessus. Il est certain qu’ils n’allaient pas le faire volontairement mais s’ils avaient été atteints, ils auraient bien été obligés de les déverser et sur un nombre pareil d’avions, il y avait des chances pour qu’au moins un avion soit atteint. Heureusement, cela ne s’est pas produit mais aurait bien pu se produire. Il arriverait moins d’accident si les gens étaient un peu plus prudents. Je ne sais pas si les événements en étaient la cause mais  ces derniers temps, les gens étaient devenus complètement inconscients. Ils étaient environnés de tant de dangers qu’ils ne faisaient plus attention. Je vais te raconter le bel exploit de mon père le jour du 15 août. Quand la sirène s’est mise à sonner, les avions étaient déjà là et la DCA s’est mise à taper. Mes parents m’ont dit « descends vite, nous te suivons ». Ma mère s’est vite dépêchée de fermer les volets et a recommandé à mon père de l’aider. Quand elle pénètre dans la salle à manger, est-ce qu’elle ne voit pas mon père qui avait ouvert toute grande la fenêtre et passait sa tête bien dehors pour contempler un avion qui volait très bas et à ce moment-là la DCA tapait. Maman lui dit « tu n’y es plus, tu vas te faire tirer ». A peine mon père avait-il fermé la fenêtre que l’avion qu’il contemplait lâche ses bombes sur la Préfecture. Mes parents ont été pris comme dans une tempête et se sont accrochés à la porte pour ne pas tomber, puis ils sont descendus sans perdre de temps à l’abri. C’était le moment car quelques instants après, les bombes tombaient dans notre rue et là, ils auraient été tués par le souffle. Il faut assister à un bombardement pour se rendre compte de l’imprudence que l’on commet en négligeant de descendre à l’abri sitôt que la sirène sonne. Enfin heureusement que tout cela a pris fin. Mon journal du front se termine. Je vais te raconter maintenant des histoires plus réjouissantes, c’est-à-dire mon entrevue avec les Américains.

Le jour de la Libération de Valence, deux Américains sont venus se promener dans notre hameau. Un de nos voisins leur a offert à goûter mais ils ont eu de la difficulté à se comprendre. Malheureusement je n’étais pas là car j’aurais pu leur parler sans me faire moquer de moi car les gens n’auraient pas compris si le leur avais dit des bêtises. Deux jours après, nous sommes allés voir à Montvendre une amie de maman et ses enfants ont amenés 3 Américains au moment où nous y étions. Je n’ai pas osé leur parler mais j’ai bien compris ce qu’on leur disait et ce qu’ils disaient. L’un était assureur, l’autre s’occupait des vedettes et vivait à San Francisco. Quant au 3ème, il bâtissait des maisons, traduis-le comme tu voudras. Quant à moi, je pense qu’il devait être architecte. Je dois t’avouer que tous les 3 étaient extrêmement sympathiques mais j’avais vraiment le béguin pour le bâtisseur de maisons. IL est impossible de trouver visage plus agréable. J’aurais voulu que tu vois son expression. Il était certainement protestant et même peut-être un descendant des Puritains. Maman elle-même a reconnu que quand on a un tel visage, on ne peut avoir qu’une belle âme. Tu dois te dire « cette pauvre Christiane est en train de divaguer, les émotions qu’elle a reçu lui ont atteint le cerveau », il n’en est rien rassure-toi, on se remet vite quand on voit l’allégresse qui règne dans Valence. On se frotte les yeux pour se demander si on ne rêve pas en voyant toutes les maisons pavoisées, les rues sont pleines de monde et de troupes. Sur les boulevards et dans l’avenue Victor Hugo, on n’ose plus traverser de peur de se faire écraser. La Croix d’Or est toute couverte de drapeaux et devant la porte, on voit 3 canons qui sont des trophées pris à l’ennemi. Les élèves du collège se promènent avec les Américains et baragouinent tant bien que mal. C’est dommage que tu ne sois pas avec moi car nous essayerions nous aussi de parler. Mlle Chatealin me dit que je devrais leur parler mais tu ne me vois pas les arrêtant. Lucie n’ose pas non plus. Aux Américains se mêlent des soldats français que l’on a des peines à distinguer des autres. Les hôtels autrefois garnis de verdure sont remplis maintenant d’une foule de personnages habillés de kaki dont la vue est un peu plus réconfortante. Les soldats sont entourés d’une nuée de gosses qui elu mendient des bonbons. Le collège est occupé par les troupes. Il paraît  qu’ils ont installé un grand fourneau au milieu du hall et quand on y pénètre, on sent une odeur appétissante. Certainement on ne rentrera pas de sitôt car même lorsque les troupes seront parties, il aura besoin de sérieuses réparations. Les vitres sont toutes cassées et plusieurs cloisons risqueraient de tomber sur les professeurs et les élèves. Je recommence à travailler, on pense que le bac ne sera pas avant le mois de novembre. J’en ai bien besoin car il me semble que j’ai tout oublié. Inutile de te dire que depuis le 15 août, je n’avais pas ouvert un livre et même depuis le début août avec les alertes continuelles, je ne pouvais pas travailler.

J’ai oublié de te dire que les Américains s’étonnent beaucoup que les femmes ne votent pas en france. Chez eux, elles votent à partir de 18 ans et les hommes seulement à partir de 21 ans. J’espère bien qu’on va aussi instituer ce régime en France. Les femmes le méritent bien car il y en a qui ont vraiment aidé  à sauver la France en étant agent de liaison, ce serait que leur rendre justice.
Il est temps que je termine ma lettre si je ne veux pas te faire payer une taxe pour être trop lourde.
J’attends impatiemment une longue lettre. Bien des choses à ta soeur.

Christiane

Ouf! un peu long mais ça en vaut la lecture. Une vraiment très longue lettre qui m’a fait penser tout de suite, la première fois, aux textes du journal d’Anne Frank. Outre le fait que c’est bien raconté (la jeune fille aurait dû certainement passer le bac en juin 44, lequel bac avait été reporté), tout ce qu’elle dit est d’une grande valeur historique et comme dans le journal d’AF, on retrouve les premiers émois de jeune fille à la vue des Américains et des considérations féministes.

Tout y est: les bombardements US pour détruire les ponts sur le Rhône et freiner le repli allemand, bombardements qui comme à Avignon, firent de nombreuses victimes civiles, la Libération de Valence sans combat et les parades qui suivirent, les femmes tondues, l’explosion d’un train de munitions, des escarmouches au pied du Vercors, des maquisards exécutés par les Allemands, les destructions de guerre et les victimes civiles.

Le nombre des morts a été un peu surévalué (280 morts et 200 blessés le 15 août; 16 morts et des centaines de blessés pour l’explosion du train de nitro). Quant aux maquisards fusillés dans le secteur de la Baume-Cornillane, je ne vois pas pour l’heure de quel événement il s’agit. La Croix d’Or est un hôtel devant lequel on posa des trophées de guerre, de canons pris à l’ennemi.

Arlette, la mère de la belle-soeur My., a lu cette lettre avec émotion et a retrouvé tout ce qu’elle avait vécu, jeune de fille de 13 ans en 1944 (un peu plus jeune que Christiane) habitante de Bourg-les-Valence, proche de l’actuelle préfecture donc très près de la zone bombardée. Elle a ajouté: « j’aurais pu écrire cette lettre! »

Une grande page d’Histoire valentinoise dans la grande Histoire.

(SOURCE BLOG UN MONDE DE PAPIERS)

Groupement Rhône Alpes


Pour rejoindre le Groupement, écrire au bureau :

ANT-TRN  1 Impasse Brandino Rosetti 26 270 LORIOL sur DRÔME

Tél fixe: 04 75 61 63 34 -Portable 06 63 14 47 46

email :

Président Départemental : Monsieur Gilles GARAYT

Trésorier: Monsieur Fernand MAILLEFAUD 

Secrétaire : Madame Christiane MARTY

Porte-Drapeau : Monsieur Jean-Paul MARTY

Compte rendu assemblée du 23 février 2019

Mot du Président Régional


"Le Groupement Régional Rhône-Alpes, en 7 ans d'existence a acquis sa notoriété au sein de l'ANT-TRN.

Le renouvellement annuel des adhésions est influencé par un mouvement mutant chiffré entre 160 et 230 adhérents sur les quatre principaux départements de la région.

L'effectif est étoffé en majeure partie par les anciens de la Guerre 39/45, ensuite viennent les anciens d'Indochine et d'Algérie et bien naturellement nos jeunes des Missions Extérieures qui commencent à mesurer l'importance de se grouper pour être plus fort.

En majorité, nous recrutons des anciens parachutistes toujours fidèles à la tradition et au béret rouge.

Section ANT-TRN Rhône-Alpes

L'ancien président Régional pour dépôt de la "gerbe au monument aux morts" Ville de Loriol sur Drôme le 11 Novembre 2000.

Dans le cadre de la solidarité, l'action sociale est très développée, toujours en vertu du principe de la valorisation des droits à la Reconnaissance de la Nation, avec pour toile de fonds le culte du souvenir et notre forte devise : Ne Jamais Oublier.

Le bureau régional a traité, en trois ans une bonne centaine de dossiers concernant les Anciens Combattants, les Pupilles de la Nation, les veuves de guerre, les anciens réfractaires au STO...

Nous avons pris contact avec les Harkis et Fils de Harkis. Un premier dossier vient d'être traité concernant l'emploi pour un descendant de ces serviteurs de la France.

L'ANT - TRN est en train d'acquérir ses lettres de noblesse, son extension s'inscrit dans la continuité.

Le groupement Régional Rhône-Alpes ne faillira pas, les anciens font appel aux plus jeunes, ils ont besoin de soutien et d'aide pour porter le flambeau du Souvenir.

Gilles GARAYT à l'honneur


Hommageà Gilles GARAYT et à son Oncle Noël GARAYT.Gilles,hier à La VOULTE, lors de la Commémoration de Dien Bien Phu, organisée parl’A.N.A.I. Drôme –Ardèche – ou les Anciens d’Indochine, une stèle a étédévoilée sur laquelle figure le nom de Noël GARYT ton oncle, mort enIndochine.Rien d’étonnant donc, que tu aies à ton tour la fibrepatriotique.Gilles, tu es engagé volontaire à 17 ans au 32èmeRégiment du Génie, formation de démineur. Muté au Régiment de Char de Marinetroupe Coloniale au Peloton Commando du 1erEscadron fonction Tireurd’ Elite. Envoyé au Tchad Opération TACAUD du 18 07 78 au 26 10 78. Muté au 92èmeRégiment d’Infanterie fonction Sous - Officier spécialiste en armement.Envoyéau Liban 14 10 82 à BEYROUT protection de l’Ambassade de France au sein de laFINUL et escorte de personnalités. Retour le 07 04 1983 ; envoyé à BERLINle 13 12 1984, Force d’interposition. Retour au LIBAN le 09 04 1984 au420ème DSL à NAQOURA au Sein de la Force d’Interposition des nations Unies auLiban. Retour en France le 08 10 1984.Muté au 137èmeC.M.P. àFONTENAY le COMTE, tu es rayé des cadres en 1987.Tu termines ta carrière avecle Grade de Brigadier - Chef. Décorations :Valeur Militaire avec Citationà l’ordre du Régiment pour acte de Bravoure le 25 03 1983.Médaille Outre - Mer«Tchad » le 24 06 1980.Médaille de la Défense Nationale le 19 121980.Médaille Outre - Mer Liban le 27 01 1983.Médaille O.N.U. le 04 03 1983.Médailledu T.R.N. le 11 05 2004.Médaille de la Croix du Combattant le 28 09 2004.

Gilles,je suis fier - et la Section de l’U.F.D.A.C. avec moi -, d’avoir pour Porte -Drapeau un homme de ta valeur, de ta trempe. Je dis bravo pour ton vaillantpassé Militaire et Merci de te dévouer au sein de notre Section en portant leSymbole de notre Pays.

En te saluant, je fais honneur à ton vaillant passéMilitaire, mais aussi au souvenir de ton Oncle mort pour l’honneur de la Francedans des terres lointaines. Je remercie le Maître de Cérémonie de m’avoiraccordé ces quelques instants pour te rendre hommage.

La raison créatrice : comme toutes les autres Associations : lutter contre l’oubli, maintenir les liens.

Il fallait donc faire quelque chose pour lutter contre l’oubli qui aurait été une seconde mort.

En 1969, unNormand ancien des O.P.E.X., ayant participé aux évènements du TCHAD, a eul’idée que tous les soldats morts pour la France avaient droit à un titrespécifique de reconnaissance, quelque chose qui sorte de l’ordinaire. CeNormand, Parachutiste, ayant quitté l’Armée avec le Grade de Lieutenant, senomme Alain COUPERIE.

 

Naissance d’une Association.

 

C’est AlainCOUPERIE qui s’exprime : il fallait donc faire quelque chose afin delutter contre l’oubli qui aurait été en somme une seconde mort. En 1994, soit25 ans après, un titre de reconnaissance de la nation, conséquence d’une loi du4 Janvier 1993, nous était décerné sans explications arrivé un jour par la féepostale. Cela constituait pour nous une reviviscence d’un passé que l’oncroyait oublié.

Mais ce titrene vivait pas, il ne nous parlait pas vraiment, il restait un document froid etsans âme, destiné à finir ses jours dans un tiroir, quitte à le perdre aupremier déménagement.

J’ai eu donccette idée d’utiliser ce titre comme un vecteur de communication avec lesautres anciens combattantsde ma génération. J’ai donc dans un premier temps avec mon épouse déposé lesstatuts avec ce titre ambitieux : AssociationNationale des Titulaires du Titre de Reconnaissance de la Nation.

 

L’ANT-TRNétait née sur un coin de table de ma salle à manger. Fallait vraiment y croire.Je ne peux pas dire qu’au début j’ai bénéficié de beaucoup de soutiens, mais lamotivation a fait le reste.

On ne parlaitpas d’O.P.E.X. … encore moins de la 4ème génération du feu … ce sontdes termes nouveaux, mais ce que je puis dire c’est que les anciens necomprenaient pas que l’on soit ancien combattant si jeune. Alors je disaiscomme pour m’excuser : je suis le plus jeune des anciens combattants aprèsla Guerre d’Algérie.

 

Pasbesoin de loi, seulement la foi pour honorer les morts

pourla France des divers conflits et Missions extérieures

 

Dans cesbanquets d’anciens, nous ne trouvions pas vraiment notre place, nous servionssimplement à distribuer des billets de tombola afin de faire grossir le livretA de l’association locale qui voulait bien nous recevoir.

Le temps apassé, aujourd’hui la structure est solide grâce au travail bénévole desprésidents de sections, des porte-drapeaux, des adhérents et des correspondantslocaux.

Nousrevendiquons la création de la médaille officielle du T.R.N. pour toutes lesgénérations du feu, après cinq ans de correspondance avec les plus hautesautorités de l’Etat.

Nous sommespartenaire de la réserve citoyenne par agrément auprès du Ministère de laDéfense, ce qui représente pour notre mouvement associatif, une véritablereconnaissance et un gage sérieux.

Nous avonsconstruit un réseau de partenaires associatifs, allant de la reconversion demilitaires en fin de contrat, aux blessés et aux familles par des donsfinanciers.

Enrésumé : l’ANT-TRN, ce sont 6 lettres pour porter haut et loin les valeursde la nation, et parler de ceux qui l’ont servie et de ceux qui la serventaujourd’hui.

 

                                                                       CONCLUSION

Cette associationa pour but :

      -   Regrouper l’ensemble des Titulaires du :

«   Titre de Reconnaissance de la Nation »civils et militaires et ceux pouvant y prétendre.

-       Entretenir des liens de courtoisie etd’entente avec les autres associations patriotiques.

-       Fédérer les membres sympathisants ànos actions.

-       Œuvrer auprès des différentsMinistères afin que soit octroyée la Croix du Combattant Volontaire desMissions Extérieures ( C.C.V.M.E. )

-       Améliorer et élargir les conditionsd’accès à la « Retraite Mutualiste du Combattant »

-       Développer l’attribution de notre« Médaille d’Honneur » A.N.T.-T.R.N. en faveur de nos adhérents.

-       Mettre à l’honneur les personnes quise dévouent pour la collectivité humaine

-        par l’attribution de notre médailleassociative « Civisme et dévouement ».

-       Favoriser le lien ARMEE-NATION.Fédérer les réservistes Citoyens.

 

-       « C’est par l’entraide et lesconcessions mutuelles qu’un organisme groupant les individus

en nombre grand ou petit peutatteindre sa pleine harmonie et réalisé des progrès sérieux »

 

           Notre adresse :

           A.N.T.-T.R.N. 28 chemin du vieux Presbytère 61 220 BRIOUZE      

 

---------------------------------------------------------------

 

                                                           NAISSANCEd’une Section

 

   C’estPaul BERNADAC qui s’exprime : en 1999, il m’a été donné d’assister pour la1ère fois   

   à une Assemblée Générale, celle de laSection 270 / Loriol de l’U.F.D.A.C. C’est                     

   àcette occasion que j’ai fait la connaissance d’un sacré personnage qui allaitdevenir

   séancetenante un de mes Amis. Il s’approcha de moi et me dit : je suis en trainde fonder

   une Association d’Anciens Combattants, et jecherche un Trésorier.

   Voulez-vous être celui - la ? Je luirépondis : mais je n’y connais rien ! Il reprit : qu’à cela ne

   tienne, je vous apprendrai. Ce personnage senommait Aimé-Robert BICHET.

   Grand Résistant, Médaillé Militaire etdétenteur de plusieurs autres décorations. La Section

   Régionale Rhône-Alpes de l’A.N.T.- T.R.N.venait de voir le jour.

   L’année suivante, nous avons déposé lesStatuts en Préfecture, et c’est le 6 Mai 2000 que

   l’actede naissance de notre Section paraissait au Journal Officiel en cestermes :

Assemblée Générale 2018


Compte - Rendude l’Assemblée 2018

 

      Cher Adhérent et Ami,

 

      Après avoir été reportée, notre A.- G. a   bien fini par avoir lieu !

 

 

 

      Les premiers participants sont arrivés àpartir de 9h30.

      Nous étions 27 à l’A. - G., et 25 aurepas ! A quelque chose malheur est bon, comme ma première A.- G. avait

     été reportée, l’idée m’est venue d’élargir mon champ d’invitation à mes AmisA.- Combattants - mais pas tous,

     c’était  impossible ! Sinon, nous aurions été tout au plus unedouzaine !

 

      Le représentant du Maire, MonsieurLESPETS, noud est arrivé avec 5 mn de retard, mais nous ne lui en

      tenons  pas rigueur.

      Nous avons commencé par une  minute de silence en l’honneur de nos Soldatsqui meurent au Champ 

d’ Honneur  au  service de la France, et j’ai tenu à citer enexemple le Colonel BELTRAME, en disant 

que  nous nel’oublierions pas. Ne sommes-nous pas tous, Anciens Combattants, impliqués dansle 

Devoir de Mémoire ?

      Ensuite j’ai lu le rapport moral qu’avaitpréparé à mon intention mon Ami Jean-Paul MARTY, qui est 

également  notre Porte - Drapeau.

      Puis, la lecture du rapport financier aété faite par mon Ami le Trésorier Fernand MAILLEFAUD.

      Là, je dois honnêtement dire que j’auraisdû demander l’approbation de chaque rapport à l’Assemblée, je ne 

      l’ai pas fait, j’ai simplement demandé l’approbation des deux rapports, ilsont été acceptés à l’unanimité.

Enfinla parole a été donné au représentant du Maire de LORIOL, qui nous a félicitéspour le Devoir de

Mémoire,et nous a demandé de continuer dans cette voie.

J’aiclôturé notre A. - G., et nous avons été au Monument aux Morts déposer uneGerbe, et chanter 

LaMarseillaise.

Enfin,cette matinée s’est terminée par un succulent repas à La Croix de Malte. Toutle monde était content et

votre  Président était heureux !

Nousnous sommes donné rendez-vous pour l’A. - G. 2019, mais beaucoup d’incertitudesplanent sur 

ce  projet…dorénavant, mes projets ne vont pasau-delà de six mois, c’est déjà pas mal !

 

Quivivra verra !      

 

                                                                                              Votre Président, BERNADAC Paul,

Top